A Forest

La forêt, on s’y perd pour mieux se retrouver…

Dans la forêt, il faut oublier ses certitudes, car partout la vie et la mort s’enlacent. Découvrir des signes étranges : l’inconnu, le sauvage viennent à portée de main, car il est si tentant de s’égarer, passer de l’humain à l’animal, puis au végétal, transcender les catégories. Sans une carte IGN qui relie l’espace environnant vibrant à un monde quadrillé, normalisé, répertorié, on est à deux doigts de passer de l’autre côté, on dépasse ses émotions.

Indépendamment, le corps retrouve ses repères. Les poumons y reconnaissent leur propre arborescence inversée et dans un rythme familier, ils s’ajustent sur une respiration plus vaste, ils reprennent vie.

Inspirer, marquer un temps d’arrêt, haleter et puis souffler, c’est justement ça le jeu !

XXXX

Dans la forêt, le temps s’arrête, tout simplement au détour d’un chemin :

Un chêne tricentenaire, vrillé par une tempête, s’est effondré. Ses branchages secs et tortueux, comme un squelette d’éléphant bruni, délimitent un cimetière végétal où déjà d’autres générations d’arbres ont construit leur légende. Son tronc brisé fait comme une arche du Temps, pendant que dessous, silencieusement, la mousse et les insectes y prolifèrent. Une fillette s’amuse à escalader le géant gisant à terre.

Au fond d’un l’étang à la surface si paisible, les feuilles mortes de l’automne se décomposent encore. L’eau les digère lentement et nourrit en même temps les arbrisseaux sur les rives. Les nouvelles pousses sont transpercées d’une lumière vert-acide. En un clin d’œil, cette nuance du renouveau, si intense, s’immisce et emplit le regard.

Le cycle de la nature n’a pas de début et pas de fin ; il vous entraine dans sa course en avant. Attiré par l’évidence, le moi s’évade, les sensations s’affinent, un minuscule détail vous plonge dans le cosmos. C’est bon de s’y ressourcer, d’aller y faire une CURE.

Au milieu de la forêt, on arrive toujours à la fin et au commencement de quelque chose…

F.H

Publicités

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Déambulations poétiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s