La méditation du Léviathan selon Anish Kapoor

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lorsqu’on entre dans l’œuvre gigantesque d’Anish Kapoor, spécialement conçue pour l’écrin de verre et d’acier du Grand Palais, on se retrouve un peu à la place de Jonas dans le ventre de la baleine. A l’occasion de cette quatrième Monumenta 2011, il s’agit de se laisser absorber dans l’univers du célèbre sculpteur anglo-indien, d’accepter d’être doucement digéré par une énorme structure gonflable : un Leviathan tout en sphères, une immersion dans une atmosphère quasi extraterrestre pendant la durée de la contemplation qui favorise l’oubli de soi, le glissement progressif vers des contrées immémoriales. Anish Kapoor nous entraine ici hors de nous-même, absolument à l’intérieur de son parcours artistique mais aussi de nos propres interrogations métaphysiques. Comme régénérés par cette expérience charnelle et spirituelle, les visiteurs ressortent de l’immense espace courbe et étanche, pour passer dans la Nef, sous la grande verrière, pour une deuxième surpris : là ils peuvent prendre la véritable envergure de « la chose » en en faisant le tour, en la touchant, toujours un peu plus déstabilisés, happés par le contraste du vide et du plein, dans un rapport d’échelle et de densités au delà du concevable…

Échappée hors de l’humain

Le talent du célèbre sculpteur anglo-indien prend une nouvelle dimension  dans cette installation spectaculaire, et dépasse la mesure humaine pour nous projeter vers les absolus de l’espace, de la couleur, du son – car il ne faut pas hésiter à tester l’écho dans le ventre du monstre endormi ! Après sa fascination pour les reflets qu’il nous faisait partager dans ses dernières sculptures en miroir convexes/concaves ( C-Curve) qui reflétaient le monde extérieur tout en incluant les spectateurs dans une totalité – il poursuit ici sa réflexion sur l’interpénétration entre l’intérieur et l’extérieur, sur le passage. Anish Kapoor nous entraine sur des champs de tension multiplié, entre une réminiscence fœtale primitive et la frontière indépassable du temps, au milieu d’un vide cependant délimité par une enveloppe, entre la transparence rouge-pourpre du dedans et l’opacité aubergine du dehors, sur une membrane tendue et ses reflets mouvants, quelque part entre microcosme et macrocosme… L’artiste nous conduit vers une une aventure intérieure, une méditation sur l’émotion artistique et poétique qui unifie, l’attirance commune vers un au-delà, en opposition à un espace public qui disperse et individualise. Il vient questionner notre certitude de puissance et nous repositionner. Exactement comme Stanley Kubrick pour la tribu de chimpanzés et les spationautes face au monolithe noir de 2001 Odyssée de l’espace. Leviathan déplace les visiteurs ailleurs, une sorte de téléportation pour une autre conception de notre rapport au monde. A l’intérieur des sphères, l’inquiétante sensation de petitesse, d’écrasement dans ce monde intérieur, presque souterrain, comme un corps humain ou l’utérus maternel, se trouve rééquilibrée, apaisé par la transparence sourde et pourpre de la membrane extérieure. Cet ambivalence crée tout le mystère de cette œuvre exceptionnelle.

La Porte des trois sphères

Est-ce que la pression atmosphérique de 300 pascals qui règne dans la structure gonflable – l’équivalent d’une altitude de 1500 m – nous entraîne plus facilement vers des sommets de sensations, de nouvelles conceptions spatiales, une renaissance sous une autre forme ?..   Ode au vide, folie artistique trilobée, titanesque griotte au chocolat baroque, poésie de la métaphysique, Leviathan est aussi une sacrée prouesse technique !

A l’entrée, un avertissement déconseille aux femmes enceintes cette expérience saisissante, il y aurait déjà dans cette œuvre trop de gestations en processus ? L’atmosphère de la montagne est pourtant bonne pour la santé, et aussi propice à la méditation… Courrez voir l’Infini sous pression pneumatique !

Monumenta 2011 – Anish Kapoor, Leviathan

Nef du Grand Palais

Avenue Winston Churchill 75008

Jusqu’au 23 juin 2011

Tous les jours sauf le mardi

De 10h à 19h le lundi et mercredi 

De 10h à minuit du jeudi au dimanche. 

(Fermeture des caisses 45 minutes avant)

Une autre lecture personnelle de l’exposition par Kadhaleen

Publicités

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans La part Q, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La méditation du Léviathan selon Anish Kapoor

  1. kadhaleen dit :

    Merci pour le plan du Léviathan ! Très instructif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s