La cité où les hommes deviennent dieux (1)

Teotihuacán, TeotiWhouaaaaaaaaaaacan !!… Comment décrire ce site archéologique exceptionnel, hors échelle humaine, tellement horizontal et pourtant incroyablement vertical tant il est chargé d’énergie tellurique et de sérénité. Quelque chose à voir avec le temps, l’espace infini, la vie et la mort, l’oubli, la vanité, le vide et l’éternité. Toutes ces notions qui nous dépassent et nous remettent à notre place d’humain minuscule évoluant sur la planète terre, et qui pourtant nous donnent cette sensation d’être si divinement unique et rempli de promesses.

On ne sait toujours pas exactement qui sont les premiers hommes qui ont inauguré et construit cette ville sacrée gigantesque, qui reste toujours une énigme. Ce fut aussi le cas pour les Aztèques qui s’en sont inspiré à partir du XIVème siècle après J.C. pour établir leur propre capitale, à quelques dizaines de km de là, et longtemps après la fin de Teotihuacán. Une de leurs croyances voulait que des géants d’une époque immémoriale aient construit cette cité des dieux en une seule nuit, mais on sait par exemple que la pyramide du soleil a été achevée au IIème siècle après J.C.

Là où sont nés le soleil et la lune

Pyramide de la lune vue de celle du soleil

A son apogée – autour de la moitié du premier millénaire – la ville fut une des plus grandes du monde, avec 250 000 habitants. Puis encore pour une raison mal expliquée, la mégapole a périclité puis a fini par être abandonnée par ses habitants entre le VIéme et le VIIème siècle. A tel point que Cortés et ses troupes, en passant par la vallée en 1519 pour aller à la conquête de Mexico-Tenochtitlan, n’y ont vu qu’une forêt épaisse parsemée de quelques collines et des pierres, ce qui a eu pour effet de protéger les constructions jusqu’à leur redécouverte.

Le site archéologique de Teotihuacán couvre une superficie de 25 km2, dont seuls 2 % ont fait l’objet de fouilles systématiques. Des fouilles archéologiques furent menées à partir de 1864. En 1905, de plus importants projets de fouilles et de restauration commencèrent et en 1910, pour célébrer le centenaire de l’indépendance du Mexique, la Pyramide du Soleil fut restaurée. Les fouilles, rénovations et excavations plus ou moins heureuses se sont succédé. On reconnait les premières reconstructions à l’agencement des pierres et au mortier clair artistiquement décoré de petits cailloux, du style de certains murs dans les centre-ville anciens du Mexique. Mais les techniques archéologiques actuelles sont beaucoup plus pointues et respectueuses de l’histoire. Les recherches continuent et récemment encore, un programme de fouilles a permis de mettre à jour une grotte-sanctuaire sous la pyramide de la Lune.

Pour les précisions scientifiques, mieux vaut se référer aux textes des chercheurs sur le sujet. Par exemple l’explication de Brigitte Faugère sur Clio, Archéologue spécialiste de l’Amérique Centrale et Maître de conférence à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, me semble complète et claire.

La pyramide du soleil

À l’origine de sa construction se trouve une grotte d’origine volcanique longue d’une centaine de mètres. Il convient de rappeler que les grottes jouent un rôle important dans les religions mésoaméricaines : elles sont un symbole de fertilité, le lieu d’émergence de l’homme, mais aussi un accès à l’inframonde, celui de la mort. Le soin avec lequel cette cavité a été aménagée témoigne de l’importance que les Teotihuacanos lui attachaient. La pyramide du Soleil, construite au-dessus de la grotte, comporte cinq degrés en talus. Haute de 65 mètres, elle forme approximativement un carré de 225 mètres de côté, dont le volume totalise plus d’un million de mètres cubes.

Bâtie vers 100 après J.C., la pyramide du Soleil est la troisième pyramide du monde par la taille, après celle de Cholula à Puebla et de Kheops en Égypte. Contrairement à beaucoup d’autres pyramides mésoaméricaines, elle a, pour l’essentiel, été construite d’un jet. Son avant-corps constitue la principale adjonction ultérieure. Le temple de bois et de chaume qui occupait son sommet a disparu. (source Wikipedia)

Surprenant de constater que la pyramide du soleil de Teotihuacán, et la grande pyramide de Khéops en Égypte ont la même surface au sol (225 m) mais la première est deux fois moins haute que la deuxième : 65 m pour Teotihuacan contre 144 m pour Khéops exactement ; 2,5 millions de tonnes de pierre contre 6,5…

X

Foule devant la pyramide du soleil à l

C’est un des nombreux secrets que recèle ce site archéologique unique, qui est aussi une destination touristique internationale et superstar. Chaque année au mois d’avril, pour le grand équinoxe du printemps, des milliers de Mexicains envahissent ce périmètre sacré. Ce jour-ci serait propice pour venir se recharger en énergies telluriques et solaire. Dans cette effervescence, les visiteurs (ci-contre) sont majoritairement habillés en blanc, couleur appréciée par le dieu soleil. Mais en octobre, à la saison calme comme on peut le voir sur les autres photos, on ressent également la charge énergétique du lieu : en grimpant sur les deux pyramides de la lune et du soleil, en marchant indéfiniment dans l’allée des morts, en contemplant les sculptures du temple de Quetzalcóatl, ou tout simplement en rodant un peu autour des ruines et hors des sentiers battus. L’air y est vibrant et léger. On peut même découvrir d’autres grands mystères, toujours irrésolus à l’heure actuelle… Largement de quoi être sous le charme !

Quetzalcóatl, le serpent à plumes

L’enceinte qui entoure le temple de Quetzacoatl, plus petit, ressemble à un fortin militaire. Les archéologues lui ont donné le nom de citadelle. Quand on imagine que sur le promontoire central, des centaines de vies ont été sacrifiées, ça fait un peu froid dans le dos…


Sculpture de Quetzalcóatl surveillant une table d'archéologue

X

Citadelle de Quetzalcóatl, au pied de la stèle aux sacrifices

Teotihuacán est à voir une fois dans sa vie, ou dans une autre… On raconte que les fantômes de certains dieux oubliés maintenant habitent toujours les lieux, et que les victimes de leurs sacrifices se sont transformées en papillons !

F.H.

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Déambulations poétiques, Promenades dans le réel, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La cité où les hommes deviennent dieux (1)

  1. Th. Vernet dit :

    N’oublions pas de préciser que les monuments ont été largement reconstruits lors des restaurations dans les années 30. Ainsi il semble que la pyramide du soleil ait compté moins d’étages à l’origine. Nous ne voyons probablement pas les constructions telles qu’elles étaient exactement à l’origine. En regardant derrière certaines, d’ailleurs, on voit bien les parties non-dégagées, qui ne ressemblent guère qu’à des éboulis. Mais cela n’enlève rien à la magie du lieu, bien sûr.

  2. Mariam dit :

    He bien, on raconte beaucoup de choses…. Peut etre que maintenant que tu es la bas pourras tu rencontrer ce grand….. bonne recherche en tout cas!!!!

  3. julien dit :

    merci Florent pour cet article
    bises à toi et bon voyage

  4. Ping : La légende du Cinquième Soleil (3) | lapartmanquante

  5. Gracias Juju ! Si tu veux être informé des nouveaux articles, inscris-toi a la news letter dans le bandeau à droite du blog – onglet « je m’inscris ». En ce moment les fabuleuses aventures de BlueRey, et d’autres à venir ! Besos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s