Grafitis de Oaxaca

En partant à la recherche des murales (art mural) que j’avais pu apercevoir de la fenêtre du bus qui me conduisait à la gare routière centrale de Oaxaca, je me suis égaré. Enfin pas vraiment, je me suis trompé de direction, mais mes pas m’ont amené vers une mine de grafitis, un quartier entourant un grand stade aux façades entièrement recouvertes de peintures à la bombe, un terrain d’expérimentation artistique. Je me suis donc concentré pour saisir le meilleur du site, c’est à dire pratiquement tout. Et puis j’aime bien l’idée de donner la vision la plus large, la plus complète de tous ces styles qui se juxtaposent et créent singulièrement l’intérêt du Street Art.

« Redessiner nos paysages urbains, poser des rêveries sur nos murs, ouvrir des brèches dans le quotidien et reprendre possession de la ville, c’est parfois à se demander si le Street Art ne serait pas une œuvre de salut public ?

Le Street Art est protéiforme, il s’immisce dans les interstices de nos villes pour raconter de nouvelles histoires. Politique, décalé, drôle, étrange, naïf… impossible de l’enfermer dans une case. Libre et souvent illégal, il reste en mouvement, comme les flux qui traversent nos cités. »

Sergii (Izismile)

C’est l’introduction d’un très bon article sur OWNI de Sergii-Izismile datant du 3 décembre 2010 et proposant un tour du monde du Street Art. Ces quelques lignes résument bien la philosophie de ce mode d’expression urbain devenu Art à part entière. J’ai remarqué dans le panorama proposé par Sergii une forte proportion à la représentation humaine ou animale, est-ce une manière de remettre un peu de courant vital dans certaines villes du nord, qui peuvent sembler parfois sordides et creuses. Histoire de remettre les idées en place, de retrouver un sens dans le désordre, exprimer et et canaliser l’énergie créative pour la replacer au centre de nos préoccupations contemporaines ?? Ici au Mexique, les villes ne sont pas tristes, mais le besoin d’expression y est tout aussi intense.

Pas besoin de beaucoup de palabras, voici sous forme de diaporama la récolte de cette journée riche en surprises à Oaxaca :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Florent Hugoniot ©photo

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Street Art, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s