Grilles de lecture #1

« Composition avec grille 2 », Piet Mondrian, 1915

La réalité vue à travers nos grilles de lecture peut être un petit jeu amusant et instructif sur notre mode de fonctionnement.  En effet, le défilement continu de nos pensées nous entraîne vers des rivages aléatoires et insoupçonnés, tandis que le regard s’attache à des images-reflet, à certains détails. L’étude de soi ou la pratique de la méditation permet de prendre conscience de la volatilité de nos émotions comme de la frivolité de notre mental. Mais qu’est-ce que regarde vraiment notre être profond ? Dans ce recadrage de la réalité, artistes et penseurs nous aident à retrouver les grands principes sur lesquels reposent des préoccupations très quotidiennes, ou l’activité humaine plus généralement.

Petit jeu de signes et d’images

Quel rapport entre une peinture murale abstraite, un tamis de cuisine abandonné sur un trottoir et une grille d’aération ? Aucune me direz-vous, si, dans ces trois photos présentées ici successivement, n’apparaissait une certaine similitude formelle : Cercle, perforations, trame, trous, usure et rouille…  Des correspondances esthétiques et sémantiques existent parmi ces images que, à priori, rien ne semble rapprocher. Et pourtant, il suffit d’une certaine disponibilité aux enchaînements improbables de notre quotidien, pour que le regard, en sautant d’un élément à un autre, mette en branle assez logiquement tout un processus de réflexion/méditation.

La première photo ci-dessus est un zoom sur une grande œuvre murale, située en hauteur sur une façade aveugle, à Paris dans le 19ème arrondissement (exactement à l’angle de la rue Campans et de la rue de la liberté). Située non loin du parc des Buttes Chaumont, Elle m’a toujours tapé dans l’œil, alors qu’elle est plutôt discrète, mais son côté gruyère lunaire, ou encore éponge ronde, est assez intriguant.

La deuxième photo, prise à la suite quelques minutes plus tard, a dirigé mon objectif vers le sol. Ce tamis avait fini sa vie sur le macadam, il tombait pile sous mon regard curieux pour transcender son antique fonction ménagère en inspiration artistique…

La troisième photo capture une grille – encore – et m’ouvrait au monde de l’inconscient en m’entrainant vers une multitude de pensées contradictoires (c’est cette plaque d’aération trouée et dix fois repeinte plus bas). Je la photographiais en restant fermé sur le moment à la manifestation d’un monde obscur – les caves d’un immeuble parisien – qui me conduirait progressivement vers le Dark Side de moi-même… Peut-être était-je en train de secrètement méditer sur la vie et la mort, le « To be or not to be, that is the question ! » shakespearien, sans me l’avouer. État mélancolique passager…

Il faut expliquer ici que je me dirigeais alors objectivement vers le centre de dépistage où j’avais fait un test une semaine plus tôt, afin de récupérer mes résultats. L’angoisse et l’incertitude d’un infection au VIH avait assurément plongé depuis quelques jours mon être profond dans un désarroi que me hurlaient en écho ces trois grilles successivement disposées sur mon parcours : enfermement dans la maladie ?…  Cet état se révélait à moi pendant cette petite chasse aux images improvisée, vaine tentative de diversion… Suivant ce ricochet visuel, je retrouvais une narration intérieure occultée. Plongée dans mon inconscient guidée par la manifestation du réel… Ces images capturées m’avaient de plus conduit à appliquer la bonne grille de lecture sur une activité artistique à priori ludique et sur mes pensées !

Une grille de lecture n’enferme pas. Au contraire elle révèle. Elle donne une clef de compréhension pour une intention, un fait, une action, un texte, un poème, comme pour une œuvre plastique. Elle tend un fil d’Ariane dans le labyrinthe de nos pensées parfois contradictoires, elle nous guide sur la piste des causes et des effets. En permettant de solutionner un problème d’interprétation, elle ouvre les horizons et aide la pensée à s’envoler.

Sur le chemin de l’auto-analyse

À la manière des enchaînements automatiques en psychanalyse, ou des cadavres exquis surréalistes, je peux ici m’essayer à une succession de mots et d’idées que cette promenade autour de la Place des Fêtes (paradoxalement pas si festive) aura suscité, avec comme point de départ cette œuvre murale et abstraite d’un artiste inconnu, que j’ai photographié comme à mon habitude. Pourquoi me suis-je ensuite arrêté sur cette grille rouillée au sol ? Et sur cette autre encastrée dans un mur, très banale ? Une similitude formelle, comme je le disais au début de ce billet. La mélancolie pousse souvent à la création… Allons plus loin :

Grille, bouché, blocage, retenue, contrainte, enfermement, prison, peur, mort, filtre, passage, mystère, dévoilement, tissage, compréhension, lune, échelle, croissance…

Voilà un fil de pensée assez logique finalement – certes pas très gai mais ayant l’avantage d’être honnête – déroulé dans un environnement qui me guidait d’un point à un autre pour mieux me révéler le fond de ma pensée. Ou peut-être inversement (comme ceux qui ne croient jamais au hasard) mon regard s’est-il attardé sur certains objets, certains paysages qui étaient en adéquation avec le libre cours de ma réflexion enfouie et qui s’étirait, telle une rivière souterraine, dans les méandres de mon cerveau. Et l’image de la lune, sphère trouée de cratères s’imposa naturellement, dont voici la première photographie prise par réalisée par John William Draper en 1839, à travers un télescope sur un daguerréotype avec un temps de pose de 30 minutes.

Mais pour aller un peu plus loin (sur la face cachée de la lune ?) toujours avec ce thème de la grille, on peut citer pêle-mêle la grille de composition pour réaliser une mise en page harmonieuse (qui met en application de la suite de Fibonacci, une suite de chiffres proches du nombre d’or illustrée par la spirale logarithmique ci-dessus), la grille à imprimer (qui permet de faire facilement des dessins de volumes en perspective isométrique, ci-contre), la grille de tricot, etc… Dans un registre moins technique et plus artistique, on retrouve la grille de composition de Piet Mondrian (voir son dessin en introduction de ce texte), qui s’appuyait sur un tracé très précis pour réaliser ses toiles rectilignes et développer ainsi sa théorie du néoplasticisme. Un principe de construction rigoureux repris plus généralement par les enseignants du Bauhaus (avec les Bauhausbücher) en peinture, en architecture, en graphisme, en design…

Une grille pour quoi faire ?

« Sudarshan Shetty, Six Cages, 2010 »

L’intérêt de la grille ainsi abordée ici n’est donc pas d’emprisonner, mais de construire, de structurer, voire de mettre à nu. Tout ce parcours me permet d’élaborer une grille d’analyse momentanée, prétexte à l’introspection, et qui au final me tirera vers tant d’univers insoupçonnés et quelques portes de sortie !

Voilà aussi, pour conclure cette première partie, pourquoi j’aime tant les errances urbaines ou bucoliques, les divagations du regard. Elles « nettoient » les sens et l’esprit, nous tirent vers des terrains de jeu, réels et intellectuels, qui permettent d’entrer dans des espaces intérieurs riches de potentialités créatives, généralement occultées par nos activités quotidiennes plus « productives » et souvent réductrices. Retrouver des parts de soi, appréhender notre fonctionnement dans son intégralité, réconcilier notre sensibilité au monde, réalimenter certains circuits intégrés parfois oxydés. La saisie photographique donne à ces ballades un alibi et un piment non négligeable !

X

À suivre : Grilles de lectures 2

X

Florent Hugoniot © Photographie et rédaction

X

X

Publicités

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans La réalité recomposée, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s