Coexistence ou intolérance ?

brooklyn-street-art-Sandra-Hoj-coexist

Sandra Hoj, « coexist » – Street Art à Brooklyn, New York, USA

Il est beaucoup question en ce moment d’intolérance et de discrimination dans les médias. Particulièrement et plus intensément depuis quelques mois, suite aux récents attentats en France et au Danemark perpétrés par des individus suicidaires se réclamant de l’islam extrémiste. Et en réponse à cet écho grandissant de haines et de nihilisme sans âge, les états et sociétés occidentales modernes opposent de jolis mots comme liberté, paix, tolérance, justice, allant parfois se frotter à un autre champ lexical, totalitaire celui-ci avec répression, surveillance, censure

Une législation du pathos

Au point qu’en ce moment soit débattue à l’Assemblée Nationale un projet de loi de surveillance généralisée de la population française, qui ne semble pas susciter beaucoup de réaction sur les réseaux sociaux, sauf sur quelques forums spécialisés, avertis et vigilants : La Quadrature du Net, Arrêt sur Images, Agoravox, Libertés Internet et Mediapart pour en citer quelques uns en vue. Au mépris des milliers de Charlies qui manifestaient pour la liberté d’expression le 11 janvier de cette année, une communion humaine immense suite aux attentats du journal satirique Charlie Hebdo, mal protégés, mal surveillés en dépit des menaces,.

Liberté, j’efface ton nom

Il est aussi beaucoup question dans les débats que ces confrontations d’opinions suscitent de « liberté d’expression » ou de liberté tout court, de démocratie, de laïcité, de rapport des États souverains européens avec les différentes religions officiellement reconnues. C’est l¡approche actuelle des religions, dans notre État français laïque (parfois à l’excès) que ce texte va étudier.

Religions

torreon 051

Cerro del Cristo, Torreón, Coahuila, México 2015 – Copyright photo Florent Hugoniot

 « religion », du latin relegere signifie « relire » tandis que religare signifie « relier »

X
jerusalem 3

Jerusalem, l’esplanade des mosquées

Les principales religions, celles qui rassemblent le plus de fidèles en France et en Europe sont les trois religions monothéistes issues du Proche-Orient (ou Levant), religions du Livre et de la révélation qui sont le Judaïsme, le Christianisme, avec ses trois courants principaux, orthodoxe, catholique et protestant, et l’Islam, sunnite ou chiite.

Comme le bouddhisme et les religions asiatiques minoritaires mais également présents en France, n’interviennent que d’une manière périphérique, dépassionnée dans le débat, malgré des réponses tout à fait intéressantes, cet article ne les mentionnera pas plus qu’ici.

L’origine de la trilogie religieuse Judaïsme/Chrétienté/Islam est circonscrite sur un territoire grosso modo allant de l’actuelle Palestine-État d’Israël à l’Arabie Saoudite, car il fut le théâtre de tous les commencements et conversions pionnières, et regroupe les principaux lieux saints : Jerusalem, Hébron, Bethléem en Israël, Antioche en Turquie/Syrie, Médine et La Mecque en Arabie Saoudite. Rome pour les Catholiques et le Mont Athos pour les Orthodoxes, étant en Europe.

Hassan Massoudy. Tolérance

Tolérance . calligraphie de Hassan Massoudy

La faute à Allah ?

L’Islam, la plus jeune de ces trois religions, apparue au VIe siècle de notre ère chrétienne , fut d’abord considérée comme une secte pour devenir une religion, suite aux révélations à un homme désigné comme réceptacle de la parole divine, dans des grottes vouées à la méditation dans le désert de la péninsule arabique.

Muhammad ou Mohamed, ou encore ce troisième surnom chrétien, Mahomet, est le prophète de l’Islam, le dernier des prophètes du monothéisme au sens où il termine et scelle le cycle de la révélation monothéique d’Abraham (le Paraclet), mais aussi un commerçant converti à la gloire d’Allah, qui va transformer l’islam en projet politique. Ces révélations se produisirent, selon le Coran, sous forme de rêves ou de voix, messages de Dieu transmis via l’Archange Gabriel. Comme les deux premières religions qui l’ont précédée, voire annoncée, elle s’est diffusée et développée dans le monde entier sous forme de conquête spirituelles, de conversions volontaires, ou de conquêtes militaires et de conversions forcées.

mosquee jerusalemL’islam attire particulièrement aujourd’hui, suite à une actualité toujours un peu plus brûlante, toutes les attentions et les craintes, toutes les généralisations dangereuses et les caricatures, allant jusqu’à une forme de stigmatisation diffuse mais bien réelle en Europe comme aux USA, cristallisant les fantasmes de la figure de « l’Autre », le rejet de la différence, et une forme d’incompréhension allant des prises de position les plus empiriques jusqu’à une intolérance d’état sournoise, en passant par des discours et des agressions physiques les plus ouvertement racistes.

Florilège d’intolérances

Plus exactement depuis une dizaine d’années, en France, depuis « l’affaire du voile islamique » dans l’espace public et les écoles au début des années 2000, encore plus depuis la multiplication sur la scène internationale d’attentats, de meurtres ciblés au nom de l’islam ou de « l’islamisme » par une poignée d’illuminés, d’individus à la dérive en France, ou de groupes terroristes ou/et criminels constitués premièrement en Asie Centrale pendant l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS et de l’implication des USA sur le terrain. Cette super-puissance, économique, financière et militaire, a financé et formé des milices intégristes qui plus tard se sont retournés contre leur bienfaiteur, en allant attaquer avec des détournements d’avions civils détruisant les tours jumelles du World Trade Center de New-York, attaquant le Pentagone à Washington, et créant un choc mondial sans précédant dans la planète entière, connue sous la date/appellation du fameux 11 septembre 2001.

X

combo2

Au Moyen Orient, on dénomme ces groupes terroristes, qui sont pour beaucoup des trafiquants de drogues et d’armes convertis aux vertus de la foi mais continuant et amplifiant leurs trafics qui peuvent être aussi humains, sous le qualificatif de talibans, djihadistes, de noms tels Al Qaida, plus récemment EI (état islamique, sans frontières ni légitimité) ou encore Daesh.

Bref des cas particuliers ou des organisations criminelles, apportant mort et intolérance, doctrines liberticides que certaines voix aimeraient bien donner comme définition de la totalité des personnes qui pratiquent l’islam en France ou dans le monde, les Musulman(e)s, qui forment une communauté de croyants, Oumma.

Un peu comme si aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’Inquisition n’aurait représenté que l’unique et exclusif courant chrétien, tant mystique, politique que culturel. Ou laisser aux fondamentalistes cathos, créationistes et autres sectes chrétiennes/évangélistes aujourd’hui pour la plupart basées aux USA. Ou encore que les actes des malades ou illuminés yankees qui vont, avec des armes en vente libres dans leur pays, décimer des dizaines d’élèves dans les écoles, ou encore les crimes racistes du klu Klux klan, étaient considérés comme représentatifs de tous les étasuniens en 2015.

religions-monotheistesNous plongeons ici dans une actualité sociale et politique extrêmement sensible et sordide. La réception et l’analyse expéditives des derniers meurtres de citoyens européens de toutes confessions ou athées, exécutés au nom de l’Islam par des individus qu’on qualifie un peu vite d’islamistes ou de djihadistes, des grandes désorganisation sociales perpétrées au prétexte de fondamentalistes aux motivations évidemment toujours obscures et incompréhensibles, effacent toujours un peu plus les frontières entre la majorité des musulmans pratiquants (ou pas) modérés et pacifiques, qui depuis plusieurs générations font beaucoup d’efforts pour « s’intégrer » dans une société blanche et chrétienne de tradition, et qui a bien du mal à les accepter comme des égaux.

Miroirs déformants

Cette soit-disant communauté nationale ou européenne bien pensante, très majoritairement de culture judéo-chrétienne, n’a pas su voir ou arrêter des conflits majeurs sur son sol au cours du XXe siècle, conflits construits sur des bases ethniques, culturelles ou religieuses, ou encore la théorie de « races supérieures et inférieures » selon la rhétorique fasciste.

© Josef Koudelka - Rencontres Arles

Fête gitane © Josef Koudelka – Rencontres Arles

On pense bien sûr à la deuxième guerre mondiale et à la Shoah, avec l’exemple souvent exclusif de la persécution du peuple juif et son génocide sur le vieux continent. L’Europe s’est reconstruite à partir de 1945 sur ce choc immense et le « plus jamais ça », venant logiquement la déclaration universelle des droits de l’homme, écrite en 1946, et la création de l’état d’Israël, dont l’indépendance a été proclamée le 14 mai 1948, après le vote du plan de partage de la Palestine mandataire le 29 novembre 1947 par l’ONU, qui mit fin au mandat britannique.

jerusalem terrorisme

Attentat à Jerusalem – ©photo DR

Mais le peuple juif, « peuple élu », même s’il a payé un très lourd tribut aux intolérances dans les heures les plus sombres de l’Histoire, n’a pas le monopole des souffrances et des injustices de l’humanité.

Un autre exemple terrible qui compte à peine 15 ans, a duré une décennie entière, de 1991 à 2001, et est de moins en moins évoqué : il s’agit de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, entraînant des conflits sanglants inter-ethniques, culturels et religieux, sacrifiant des milliers de civils, opposant dans ces Balkans mosaïque/poudrière, des armées et des milices para-militaires dans un affrontement opposant Serbes orthodoxes, Bosniaques musulmans et Croates chrétiens, un cocktail explosif ethnie-religion, et réveillant de vieilles rancœurs claniques, particulièrement sur le terrain ignoble du Kosovo (pourtant apaisée sous le régime communiste).

Stratégies géopolitiques et mortels euphémismes

1990-1991, c’est aussi le début de l’incursion militaire étasunienne au Moyen-Orient avec l’opération militaro-médiatique « Tempête du désert » déclenchée par Bush senior, lorsque l’Irak de Saddam Hussein tenta d’envahir le Koweït et ses réserves de pétrole. Ce calcul politique et économique démesuré fut vite contré par une coalition internationale, qui amènera à la désintégration progressive de cet état laïque avec des ingérences étasuniennes régulières et  et un écroulement de toutes les structures de l’état irakien. Surtout depuis le 11 septembre 2001, dans cette lutte biaisée contre le terrorisme par Bush junior et de l’administration étasunienne, servant les intérêts us (et accessoirement saoudiens) et auxquels semblent répondre d’un point de vue lexical les formulations pseudo-poétiques israéliennes des récentes opérations punitives lancées sur Gaza, telles « Opération Plomb durci » (2008) et « Bordure protectrice » (2014).

Passoires de l’Histoire

gitans

Danse flamenco – ©photo DR

C’est aussi oublier un peu vite que, durant la deuxième guerre mondiale, les Gitans (ou Tziganes) ont été l’objet des mêmes persécutions que les Juifs, à leur échelle, par les forces nazies, SS, Gestapo, police française de Vichy et tout ceux qui ont collaboré à ce projet mortifère. Également tout ce qui s’apparentait au communisme, autant diabolisé que le judaïsme par la propagande nazie, ou qui ressemblait de loin à un homosexuel et n’avait pas les protections nécessaires en haut lieu pour se soustraire aux rafles régulières et de plus en plus meurtrières, au fur et à mesure que les Allemands et leurs alliés perdaient du terrain, jusqu’à leur défaite de 1945. D’ailleurs, parmi les communistes (considérés par les pouvoirs en place comme des pestiférés dans toute l’Europe avant guerre) beaucoup ont rejoint les rangs de la Résistance, y ont laissé leur vie, quand d’autres opportunistes, lâches ou attentistes se sont trouvé des sympathies avec le mouvement chapeauté depuis Londres par Charles de Gaulle, surtout lorsque le rapport de force devint évidemment favorable aux Alliés de la coalition anglo-saxonne, et que la libération de l’Europe était imminente (grâce au front aux frontières de l’URSS).

 قوة

(Force)

Les Gitans, Tziganes ou Roms selon la dernière appellation, citoyens européens de Roumanie, sont toujours poursuivis et persécutés par la police française en 2015.

Une Histoire toujours en réécriture

On relègue aussi un peu souvent dans les poubelles de l’histoire le fait que ce sont premièrement les Russes et les pays satellitaires de l’URSS qui ont libéré Berlin du gant de fer nazi, de son oppression nihiliste, de sa folie meurtrière, perdant autour de 21 millions de vies humaines, dont une grande partie de civils. Le totalitarisme et l’impréparation du stalinisme y est aussi pour une part, mais quand même, c’est beaucoup plus que les USA (300 000 militaires) même si ce genre de décompte est toujours sordide. Or ce sont les Boys américains qui semblent aujourd’hui les seuls gagnants, systématiquement mis en avant en Occident, dans les commémorations concernant cette période sombre et pas si lointaine.

Sans le front russe à l’est de l’Allemagne, les Alliés, réunis autour de la coalition anglo-étasunienne, n’auraient certainement pas retourné la situation à leur avantage sans le sacrifice de ces millions de vies slaves, mais aussi des milliers de vies africaines, du Moyen-Orient, toutes ces populations issues des colonies anglaises et françaises pour la plupart, également les Afro-américains envoyés en grande proportion par l’état major us aux fronts européens et asiatiques du Pacifique. Les Européens – certains plus que d’autres par la suite avec l’édification du mur de Berlin et la guerre froide, le goulag soviétique – n’auraient pas retrouvé la liberté, la démocratie, l’amitié entre les peuples, bref la vie !!

combo3

Installation en face de l’Institut du Monde arabe, Paris 2015 , Combo – AFP PHOTO / JOEL SAGET

 Et la France dans tout ça ?

L’enseignement de l’Histoire, la mémoire sont des sujets stratégiques, comme on peut le voir en ce moment avec la dévalorisation de toutes les sciences humaines et sociales dans les programmes d’enseignement général français. Et passer en sourdine des moments clefs de l’histoire de l’humanité.

Les Français, qui eux-mêmes semblent oublier leur propre histoire, leurs valeurs et leurs combats, croient en revanche toujours posséder la vérité suprême, être les plus beaux, les plus intelligents et rabaissent leurs interlocuteurs étrangers, parfois sans même s’en rendre compte, à un rôle d’auditeurs passifs dans leur arrogance et la défense de leur suprême Ego. Altruisme, civilité et écoute sont des termes qui malheureusement disparaissent progressivement du lexique commun.

Soyons nous-même et ça ira déjà beaucoup mieux ! Dépassons les fausses problématiques, mises en avant pour imaginer, organiser un monde uniquement sur des bases communautaires donc parcellaires, identitaires, voire stigmatiser des groupes ethniques, religieux, sexuels, pour mieux les discriminer ensuite.

 حرية

(Liberté)

combo coexistÀ propos, qui sont ces fameux Français(es) ? Uniquement ce peuple gaulois et fier qui crie d’une seule voix cocorico à chaque victoire du mondial de foot ?? Black-Blanc-Beur, solidaires quelques heures de gloire sportive, pour bien vite oublier ce slogan en allant vaquer è ses occupations, ou en se rendant aux urnes…

Oublions un peu toutes ces simplifications et généralités, changeantes au grés des humeurs médiatiques, que trop de journalistes, d’éditorialistes, d’hommes et de femmes politiques nous collent à la peau, croyant connaître leur bon peuple à coup de statistiques et d’études inutiles et mensongères, ou en lisant des rapports déconnectés, en assistant à des dîners mondains.

Pas de tolérance, pas de paix !

Sans remonter très loin dans le temps – il y a 20 ans – la société française était beaucoup plus tolérante et plus prospère à la fois, un hasard ? Dans les années 90, suite à la chute du mur de Berlin, elle semblait encore avoir un horizon avec l’Europe et sa vitalité intrinsèque.

Aujourd’hui il faut que chacun appartienne à une communauté, se base sur son identité et non sa culture pour le lien social. Un morcellement tout à fait voulu et organisé au sein de l’état français, comme ce fédéralisme que nous chantent tant d’alternatifs bornés ou juste suivistes, cette Europe des régions et des chasse-pêche-et-traditions, afin d’affaiblir les grands états laïques ayant encore une once de souveraineté, principalement la France. Car l’UE souffre aujourd’hui clairement d’un déni de démocratie. Ce projet économique puis politique semble même être devenu totalement antidémocratique. Donc centralisme ou fédéralisme, le débat ne me semble pas encore mûr dans un entité qui a oublié jusqu’au sens des mots démocratie et république.

Tout comme ce projet de 6e République, supporté par J.-L. Mélenchon, un mirage de plus quand le législateur a déjà à disposition tous les textes et structures nécessaires pour servir de garde-fou à toutes les dérives autoritaires, totalitaires du pouvoir. Mais ces précieux outils ne sont pas utilisés, relégués aux articles des anciennes modes de l’exécutif, de la brocante législative. Changer de Constitution pour changer de personnel politique, vraiment ?

Il faudrait avant tout une réelle volonté citoyenne, un mouvement démocratique plus ample que des discussions dans des cercles restreints. Ou un choc encore plus fort que celui des attentats de Charlie Hebdo, par exemple que plus de la moitié de la population française passe sous le seuil de pauvreté, qu’un Emmanuel Valls remette au fronton de la République une religion d’état, le judaïsme pour changer ??

Ce que Podemos semble avoir réussi en Espagne, ou Syriza en Grèce ne passe toujours pas les Pyrénées ou les Alpes : vérité en deçà, erreur au delà..

Vent debout contre tout changement, combien crient au complot sioniste, révisionniste, fasciste (communiste étant passé de mode). Il faudrait quand même arrêter d’aboyer au complot à tout bout de champ, et voir les actions, les mouvements de troupes, les stratégies sur le moyen et long terme, les objectifs visés et à qui profite cette désorganisation de la société : toujours plus de réformes, le maître-mot, un grand fourre-tout et une belle manipulation de masse encore…

Car cette question éternelle demeure : à qui profitent ces mensonges et crimes ?

Je n’en rajouterai pas plus, à chacun de suivre sa propre réflexion, en disposant au minimum de tous les éléments et non pas sur une actualité mise en scène et une accélération d’infos contradictoires, une pétrification de la pensée dans l’immédiat et le sensationnel, afin de s’en faire une libre opinion.

أمل

(Espoir)

La paix future du monde passe non pas par une prise de conscience, car nous avons déjà tous les moyens à disposition pour nous informer correctement, mais par une objectivation (sécularisation) de la chose religieuse, qui n’est plus, ni dans ses versants réactionnaires et bellicistes, ni dans ses courants conformistes, une réponse aux questionnement métaphysiques, mais surtout écologiques, concernant directement le vivant, notre avenir, qui se posent avec encore plus d’insistance dans un monde progressivement nettoyé de son humanité pour privilégier des rapports mercantiles : pouvoir et compétition.

jerusalem

Jerusalem, je t’aime…

Un manque d’amour évident dans toutes ces mystiques dévoyées, offertes en gage aux anges de la mort. Il faut donc garder la foi, oui, une foi comme synonyme d’espoir, mais une foi consciente et responsable, et surtout un goût de la vie qui nous rattache, ici et maintenant, à notre planète-mère, au cosmos, à l’autre, au partage et à, osons le mot, l’amour (qui est aussi connaissance).

Florent Hugoniot

_______________________________________________________________________

SOURCES

https://defendthemodernworld.wordpress.com/category/restoration-of-europe/

https://randomobsessionsofmine.wordpress.com/tag/sunset/

http://mosquee-villejuif.fr/1007/interreligieux/expositions-de-hassan-massoudy-%E2%80%93-artiste-peintre-et-calligraphe/

http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/2GM/etudes/05morts.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_de_Yougoslavie

L’apocalypse des gitans : http://www.elishean.fr/?p=32524

 

Publicités

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Prendre part, Street Art, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Coexistence ou intolérance ?

  1. Assauts contre les Lumières

    Les religions occupent de nouveau une partie substantielle du débat public alors que la philosophie des Lumières affronte des critiques radicales, y compris de la part de penseurs progressistes. Ne serait-il pas temps de revisiter une pensée fondatrice de la démocratie et de la République ?

    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/ROBERT/52631

  2. Sharlot Stoned dit :

    Bravo cher Florent pour ce partage


    • Bonjour Sharlot Stoned et merci pour ce chouette partage, linterprétation manque juste un peu de fluidité mais c’est ça aussi l’humain !

      « Lâcher de mots », le titre du projet est éloquent et nous plait bien. Juste une info ou deux, c’était oú, qui est la chanteuse ?

  3. Charlotte dit :

    Merci pour cet article, En voici un autre du Monde Diplomatique, trés éclairant sur la perception des différentes communautés culturelles et religieuses par les Français en général, et le traitement de faveur réservé à la culture/religion juive, incluse dans les racines judéo-chretiennes de la France et désormais de plein droit dans la République, à la différence de la culture/religion musulmane, considérée toujours comme exogène et anxiogène :

    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-04-17-Racisme-antisemitisme

  4. Merci charlotte pour cet enrichissement, le Monde Diplo est toujours bienvenu par ici ! Un autre article très instructif sur les débuts de la religion islamique et la confusion (intégriste) entre respect des textes « sacrés » et de la vie humaine, souvent bien secondaire pour les guerriers de la religion. Par Mohamed Luizi, merci à Monica : https://blogs.mediapart.fr/monica-m/blog/210216/mohamed-louizi-la-profanation-du-sacre-dans-le-champ-musulman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s