Présentation d’autels à l’AF de Cd Juarez

florenthugoniot_dia de muertos CJ 245

En célébration du Jour des Morts, avait lieu ce samedi 31 octobre 2015 à l’Alliance française de Ciudad Juarez, Chihuahua, une présentation d’autels créés par les élèves, en hommage à des Français(es) célèbres et disparu(e)s. Un altar – autel en espagnol – est un des aspects emblématiques de la grande fête automnale mexicaine de Dia de Muertos, exactement le 2 novembre de chaque année. La fête des morts est vieille d’environ 3500 ans, et découle de nos jours de plusieurs traditions : précolombienne (surtout aztèque) et hispanique avec la Toussaint (catholique) du 1er novembre qui s’y est juxtaposée. Issue à l’origine des cultures du sud du Mexique, elle est désormais populaire dans tout le pays et bien au delà.

Un peu d’histoire

Lors de l’époque de Moctezuma (dernier empereur Aztèque), les habitants du Mexique avaient l’habitude de venir plusieurs fois par an sur les tombes des morts. La famille du défunt dansait, chantait et laissait des offrandes afin de pourvoir aux besoins du défunt dans l’au-delà. En réalité, les Aztèques pratiquaient deux fêtes majeures: une pour les enfants (Miccaihuitontli), et une pour les adultes (Hueymiccalhuitl). La petite fête était célébrée 20 jours avant la grande.

Les Espagnols, eux, avaient l’habitude de venir dans les cimetières pour y déposer du pain, du vin et des fleurs pour la Toussaint. Les Espagnols pensaient que les âmes parcouraient la Terre et flottaient autour d’eux. Tous craignaient qu’elles s’abattent sur eux pour les emporter avec elles. C’est pourquoi ils préparaient des autels avec du vin et du pain pour les apaiser. Des cierges les guidaient jusqu’à l’autel. Le rituel Aztèque n’a donc pas été éradiqué par les Espagnols en les convertissant au catholicisme. La date a juste été fixée afin qu’elle coïncide exactement avec le jour de tous les saints, le 1er et 2 novembre, à la place des deux précédentes fêtes séparées de 20 jours).

De nos jours, une autre culture vient s’ajouter à cette fête. L’arrivée des âmes des enfants le 31 octobre coïncide avec la fête d’Halloween. C’est pourquoi on rencontre dans les rues au Mexique des enfants déguisés en Dracula, momies et autres morts vivants tenant une citrouille. Ils ne disent pas « trick or treat », mais « calaveras » selon la tradition del dia de los Muertos, afin d’obtenir des friandises ou des pièces de monnaie.

florenthugoniot_dia de muertos CJ 243

Comment créer un autel pour le Jour des Morts ?

Au Mexique, la tradition veut que l’on installe des autels pour le Jour des Morts dans sa maison et/ou dans un lieu public, pour rendre hommage à la mémoire d’un défunt, témoigner de son souvenir à sa famille ou à ses ancêtres. Ces autels ont plusieurs marches ou niveaux : la photo du défunt auquel il est dédié est placée tout en haut, et sur les marches inférieures des bougies viennent des fleurs et des calaveras de azúcar (crânes miniatures en sucre coloré). Selon la croyance, l’âme errante du défunt reviendra à l’autel pour savourer le festin que lui ont laissé ceux et celles qui l’aiment. Les autels sont de plusieurs tailles, et présentent divers niveaux de sophistication.

Pour créer un autel simple, procéder de la manière suivante :

Construire la base, en forme d’escalier, à l’aide de cartons, boîtes à chaussures ou de caisses de bois. Cette base est traditionnellement couverte de tissus puis de papel picado, papier de soie de couleur vive et découpé. Les couleurs clés sont le violet (la douleur), le blanc (l’espoir) et le rose (fête). Le papel picado représente le vent et la joie qui entoure la fête des morts.

florenthugoniot_dia de muertos CJ 275Placer la photo du défunt ou des défunts auxquels est dédié l’autel tout en haut, au centre du premier niveau. Normalement c’est la photo du Saint référent de la famille qui se trouve tout en haut et la photo du défunt sur la dernière marche, mais avec le temps, sécularisation oblige, l’humain occupe le premier plan et laisse les divinités plus en retrait…

Puis placer sur les marches inférieures les éléments symboliques suivants :

  • un bol d’eau, qui représente la vie et la pureté. L’eau est donc offerte à l’âme pour la soulager de sa soif.
  • Des bougies, qui représentent la lumière, la foi, la confiance et l’espoir. C’est le feu sanctifié qui éclaire, réchauffe et guide les âmes vers leur ancien foyer. Il qui permet ensuite leur retour vers leur dernière demeure.
  • ­pan de muertoUn festin de fruits et de pan de muerto constituent les ofrendas. Ce « pain des morts », dont le goût et la texture rappellent la brioche, est réellement délicieux. Petite ou grande, individuelle ou collective, elle est toujours parfumée à l’eau de fleur d’oranger et aux zestes d’orange, et cuite spécialement pour ce jour-là, pour nourrir les âmes errantes et les humains ! Le pain des morts a une forme  circulaire, et représente le cycle de la vie et de la mort avec des os disposés aux quatre points cardinaux, un point sur le zénith. Les fruits de saison, comme des pommes, mais aussi de la canne à sucre fraîchement coupée, des tamales seront les aliments des morts, qu’éventuellement les vivants se partageront une fois la cérémonie terminée.
  • flor-de-cempasúchilDes fleurs de couleurs orange, blanche ou pourpre, ponctuent les marches. Notamment les fleurs de cempasúchil (oranges et jaunes, elle ressemblent à de gros œillets d’Inde) qui, en plus d’offrir une magnifique décoration, plaisent aux morts. Elles sont habituellement placées dans un vase, ou leurs pétales sont répandus sur les marches de l’autel. Ces fleurs ont pour mission de guider chacune des âmes vers l’autel qui lui est dédié.
  • calaveras azucarLes calaveras de azúcar (crânes miniatures en sucre) sont placées sur la marche inférieure : ils représentent la Mort, et rendent hommage à l’esprit qui revient. Souvent, le nom du défunt est inscrit sur le front de chacun des crânes. Évidemment, ils font allusion au royaume des  morts, dans un renversement des représentations.
  • Au sol, des pétales de fleur, mais aussi de la sciure colorée avec laquelle on peut composer de très jolis tapis, abstraits ou figuratifs, donnent ampleur et assise à l’ensemble. Ces compositions ont aussi pour fonction de rendre le cheminement de l’âme du mort plus facile, son arrivée plus douce, après les glaçantes ténèbres de l’Au-delà : un monde inimaginable pour les vivants et justement tenu à distance par ces cérémonies.
  • florenthugoniot_dia de muertos CJ 270Le sel, probablement une contribution catholique, est disposé en forme de croix au sol, sur la sciure, ou tracé selon un chemin oblique qui a sa signification également : le chemin le plus droit n’est pas toujours le plus aisé ni le meilleur…
  • Il est possible, conseillé même d’ajouter des éléments propre au mort célébré, comme des objets personnels, accessoires réels ou factices évoquant la personne honorée (lunettes, bijoux, livre, lettres, chapeau), mais aussi les mets que celle-ci prisait particulièrement (vin, tequila, whisky, cigarettes, bonbons), tout élément qui permettra de recomposer l’univers du défunt.
  • Dans certains autels très élaborés, une arche de fleurs sera également construite pour symboliser le passage de la vie à la mort.

Pour finir, faire brûler de l’encens, en général du copal, une résine d’arbre local à l’arôme envoûtant, qui était déjà utilisée pour ses vertus par les civilisations précolombiennes. L’encens a pour fonction de purifier l’air, de repousser les ténèbres et les énergies négatives, de sorte à permettre à l’âme errante de trouver le chemin de l’autel.

Toutes les chances sont donc mises sur table, pour que le mort retrouve ses proches et son ancien foyer, ses habitudes ou sa notoriété, bref les vanités de ce monde. Mais aussi pour qu’il reparte dans l’éther, repus et rassuré afin de ne pas troubler l’existence des vivants tout le reste de l’année !

florenthugoniot_dia de muertos CJ 263

Cotoreo dans le patio

Durant cette belle journée ensoleillée, les familles et amis des élèves de l’AF de Cd Juarez ont pu admirer les différents autels dédiés à Victor Hugo, Marie Dubois, Coco Chanel, les frères Lumières, Adeline, Antoine de Saint Exupery, et Louis de Funes. Une présentation a été faite par des élèves de chaque groupe, avec parfois la lecture d’un petit poème en rime ou calaveras literarias ».

On appelle « calaveras literarias », ou encore « poème moribond », un poème humoristique, potentiellement ironique ou satirique, composés à l’occasion du Jour des morts mais destinés à moquer les vivants. Il évoque le décès et laisse deviner le nom d’une personne connue du public, couramment un homme politique, un artiste, un ami ou un membre de la famille encore vivant. Il s’agit d’une tradition orale et écrite.

Un délicieux buffet arrosé de vin, claro que si, a été offert aux participants et visiteurs, lors du fameux cotoreo (discussion/apéro /repas), moment de sociabilisation et de partage au Mexique.

Merci à tous et toutes pour vos participations et présentations. À cette occasion, entres autres hommages en français et en espagnol, les mots du Petit prince ont résonné entre les murs du patio de l’Af de Ciudad Juarez, s’envolant dans l’azur d’un ciel parfait, tandis que les papeles picados multicolores bruissaient au rythme de la brise d’été indien.

Florent Hugoniot ©photo

Merci aux élèves pour leur coopération. Les photos présentées ici sont publiées gracieusement à leur usage mais ne peuvent pas être utilisées à but commercial ou largement republiées et reproduites sans autorisation de l’auteur via le courrier lapartmanquante@netcourrier.com / Gracias para la partcipacion de los alumnos. Estas fotos son para ellos, son gratis pero no se pueden reproducir por uso comercial, tampoco dufundir a granda escala en el web sin avisar el autor en el correo lapartmanquante@netcourrier.com

*************************************************************

SOURCES :

PEN International (en mémoire des journalistes et écrivains assassinés et disparus au Mexique) : http://www.pen-international.org/?lang=fr

http://www.la-vida-au-mexique.com/autel-des-morts-origine-signification/

http://www.mexique-fr.com/art-culture/la-fete-des-morts-dia-de-los-muertos/

http://www.saveursmexicaines.com/templates/home.php?page=56&content=112

http://culturacolectiva.com/flor-de-cempasuchitl-dualidad-entre-la-vida-y-la-muerte/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Calavera_%28Mexique%29

SUR LE MÊME SUJET :

https://lapartmanquante.wordpress.com/2015/11/01/dia-de-muertos-a-san-patricio-cd-juarez/

https://lapartmanquante.wordpress.com/2014/11/04/todos-los-santos-y-los-muertos/

https://lapartmanquante.wordpress.com/2011/11/05/todos-los-muertos/

Publicités

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Sous la nappe, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Présentation d’autels à l’AF de Cd Juarez

  1. DA dit :

    Voilà un très bon article et en plus il permet à chacun de confectionner un autel des morts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s